Pourquoi nous rassembler ?

Pourquoi nous rassembler ?2020-11-23T16:05:07+01:00

Vous êtes maraîcher diversifié bio sur moins de 5 hectares ? Regroupons-nous !

Les maraîchers du groupement se sont appelés les Maraîchers Diversifiés Bio sur petite surface (dit en raccourci les « maraichers diversifiés bio » ou MDB), et ont défini en Assemblée les critères qui les rassemblent.

Cliquez ci-dessous pour consulter la définition votée de « Maraicher diversifié bio sur petite surface »

Critères de définition du MDB2020-11-23T16:03:42+01:00

Le Maraicher Diversifié Bio au sein de notre Groupement est une entreprise qui :

Préserve l’environnement et les écosystèmes

  • Cultive chaque saison entre 20 ares et 5 ha (1) de surface totale en légumes.
  • Cultive chaque saison minimum 20 espèces, chacunes sur au moins 1% de la surface totale en légumes.
  • Est contrôlée pour le cahier des charges bio ou est prête à lancer le contrôle bio dans l’année suivant l’adhésion.
  • Met en place des actions en faveur de l’environnement et d’une plus grande biodiversité sur la ferme (2).

Préserve des emplois de qualité en zone agricole

  • Rémunère au minimum 2300h par hectare de légumes (3) .
  • Construit son chiffre d’affaires annuel (C.A.) en légumes très majoritairement sur la vente de sa propre production (C.A. légumes achetés (4) / C.A. total légumes < 30%).
  • Génère un bénéfice de son activité de production de légumes (C.A production de légumes > charges production de légumes).
  • Est transparente sur la provenance exacte des légumes et fruits qu’elle ne produit pas.
  • Ecoule très majoritairement en circuit court et en vente directe au consommateur (C.A. en circuit court / C.A. total > 80%).  
(1) – Une dérogation à la limite de 5 ha est envisageable, votée au cas par cas par cooptation du groupement. 
      – La surface considérée ici est celle mentionnée dans la déclaration de superficie, ou celle équivalente.
(2) Les modalités de ce critère doivent encore être précisées.
(3) Y comprises celles du chef d’entreprise. Heures à titre indépendant ou salarié. 2300h = 1.25 ETP
(4) Les légumes achetés aux autres producteurs du groupement ne sont pas comptabilisés dans ce ratio

 

50 à 100 maraîchers diversifiés bio ! C’est le nombre minimum de maraîchers que le GMDB souhaite regrouper à travers la Wallonie, sur des enjeux cruciaux : nous distinguer pour valoriser plus décemment notre travail, et peser davantage dans les cercles de décision.

La consommation bio ne cesse de grimper en Wallonie, mais nous, les maraîchers diversifiés bio sur petite surface, voyons nos ventes reculer ou notre revenu horaire plafonner au seuil de pauvreté. Par choix sociétal, nous sommes engagés dans une agriculture bio vivrière orientée vers la consommation locale, peu mécanisée.

Sans critique de nos collègues sur grandes surfaces, une carotte de nos jardins est différente d’une carotte de grande culture. Elle est différente au moins dans la façon dont nous l’avons produite. Il est temps pour nous de vanter notre modèle de production, de le rendre rémunérateur. Pour ne pas disparaître. Pour nous permettre de continuer à produire de la carotte dans chaque village.

 

Pourquoi adhérer au GMDB ?

1) Se rassembler pour être plus fort et entendus

Communiquer isolément chacun dans son coin a moins d’impact. Les instances politiques, représentatives du secteur agricole ou encore la presse ne viennent pas systématiquement demander notre avis, difficultés et revendications de notre modèle de production. En nous réunissant, nous quittons une position marginale pour aller vers une position incontournable.

En devenant membre, vous pouvez être acteurs des messages à faire passer et des outils à développer.

2) Profiter des échanges, du soutien et des moyens mis à disposition des membres

Etre un groupe à l’échelon wallon rendra certainement possible un certain nombre d’actions collectives, la production d’une mercuriale de référence pour notre modèle de production, des partages techniques, etc.

Trois structures aux compétences variées – La FUGEA (syndicat agricole), Biowallonie (structure de développement de l’agriculture biologique), et l’UCLouvain (université) – sont là en appui de la construction de la dynamique, au moins jusque 2021.

3) Offrir une visibilité supplémentaire à chacune de nos entreprises

4) Elargir son réseau en rencontrant d’autres producteurs

5) Développer un pôle sectoriel reconnu

 

Vous produisez agroécologiquement, mais sans certification bio ?

Vous pouvez déjà maintenant adhérer au GMDB, moyennant le fait de faire les démarches de certification bio dans l’année suivant l’adhésion. Les producteurs dit ici “agroécologiques”, au minimum, n’utilisent aucun intrant interdit en agriculture biologique. 

En savoir plus sur l’importance que nous accordons à la certification bio2020-11-23T16:10:06+01:00

Les Assemblées de maraîcher ayant eu lieu fin 2019 ont en effet discuté de la question de savoir s’il était pertinent de rassembler des producteurs avec et sans label bio. La question a été tranchée en défaveur de cette option. 

Si vous respectez l’entièreté du cahier des charges bio sans demander la certification bio, n’hésitez pas à contacter Biowallonie, la structure d’encadrement du secteur bio, qui pourra éventuellement lever avec vous un certain nombre de réticences et vous accompagner.

Laurent, conseiller technique à Biowallonie : “La certification biologique a ça de particulièrement intéressant qu’elle est très connue et reconnue, et qu’elle n’empêche aucunement toute démarche complémentaire de ceux qui l’estiment insuffisante ou silencieuse sur divers aspects (la taille de l’entreprise, le niveau d’industrie, la rémunération, l’empreinte écologique, etc.). Les labels Nature&Progrès ou Demeter ont ainsi comme prérequis de nécessiter le label bio ! De même, le cahier des charges bio me semble un bon pré-requis pour pratiquer le maraîchage diversifié, l’agroécologie, le Maraîchage sur sol vivant, la permaculture, la biodynamie, l’agriculture paysanne à micro-échelle ou à faibles intrants, une dynamique d’auto-régulation par SPG au sein du groupement.

Je l’associe pour ma part à une BASE de travail, à un élément de stabilisation de l‘entreprise et de transparence commerciale quand un contact intime avec chaque client n’est plus possible.

La certification bio, grâce aux primes bio à l’hectare, n’est d’aucun coût pour le producteur et représente une recette nette de plusieurs centaines d’euros par ha.an si le producteur concède à prendre un numéro de producteur auprès du SPW. Exemple pour 1 ha de maraîchage certifié : coût de la certification : 400€/an. Prime bio : 900-1050€/an. ”

Il reste vrai aussi que la labellisation bio peut présenter de trop faibles avantages dans certains cas :

  • Si le volume de production est très petit, avec une base de clients déjà acquise
  • Si vous êtes en début d’activité et pas encore certain de pouvoir pérenniser votre activité maraîchère

 

Alors, n’attendez plus, demandez à devenir membre, en complétant ce formulaire

Go to Top